ECOLE JACQUES PREVERT MARSEILLE

Ici et ailleurs, un itinéraire photographique

 

Intervenant et artiste : Natalia Lopez - Médiateurs / association En Italique.

Pratique artistique : photographie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'environnement est peuplé de choses qui nous parlent autant de leur propre histoire, que d'une histoire commune. La ville se transforme en suivant le mouvement de la vie qui l'anime. Dans un environnement urbain, chacun des éléments qui nous entourent a été conçu, construit, posé, puis utilisé par quelqu'un. Il s'agit d'imaginer chacun de ces éléments comme déclencheur d'une histoire, comme le point de départ pour partir à la découverte de l'autre.

En proposant dans un premier temps le réperage, puis l'investigation de la fonction des objets du mobiliaire urbain , il s'agit de comprendre le langage de la ville et devenir attentif à ses manifestations. Une fois l'attention focalisée sur ces éléments invisibles, leurs restes, les interstices, les espaces morts ou tout autre élement "sans utilité" (dans une aception large), chaque élément peut être interrogé: laquelle était l'intention initiale pour le poser ainsi, d'où venait le besoin d'installer cette chose à cet endroit précis? Comment l'a t-on installé? Imaginer l'utilisation qui lui a été donnée, s'il a servi ou pas, combien de temps, pour quoi faire, à quel type de gens? Sert il encore? A qui? comment a t-il évolué, comment est-il  devenu ce qu'il est  actuellement? Pourquoi? Que peut-on faire de lui aujourd'hui?)

On imagine ce qu'ils peuvent devenir, on songe à leur donner une nouvelle fonction. Se les approprier, explorer leurs multiples possibilités, la viabilité de  celles là, imaginer ce que cela peut donner. Faire des photos, des maquettes, écrire des histoires, les photocopier, dessiner dessus, faire des projets. Les réaliser, les photographier, les exposer.
Il s'agit d'interpréter ces restes du passé  et de les actualiser, d'explorer par l'imagination ses possibles réinterpretations. En fonction des résultats des repérages, il n'est pas exclu que l'on distingue des familles d'objets qui nous mèneront à investir chaque catégorie d'une manière différente.
Faire des mises en espace qui habillent les objets choisis avec ces fonctionnalités inventées.  Interventions éphémères mises en scène par les enfants, matérialisant leur proposition (la sienne ainsi que celle des autres) qui seront prises en photo par l'artiste intervenante. Les matériaux pour réaliser ces "investissements" devraient se limiter aux possibilités corporelles, ou dans certains cas être accompagnées d'objets quotidiens, bricolés ou récupérés qui permettent une meilleure lisibilité de la proposition.
Une sélection de  l'intégralité de matériaux qui retracent le chemin singulier et collectif produit au long des sessions (photos de repérage, dessins, maquettes, photos des mises en scène "définitives", etc), fera l'objet d'un produit finale sous forme d'exposition.
Celle ci prendra place soit dans une salle à définir, soit dans un des espaces morts de l'espace commun du quartier. Pour cette dernière un système signalétique cohérent avec la pratique de l'intervention sera mise en place (affichage interstitiel, utilisation des objets identifiés comme « investissables » comme des points de repère pour guider les visiteurs à l'espace d'exposition etc.).

Natalia Lopez 2009.